Par Jessica Mohammedi

 

Un plan de taille, des objectifs clés

Les objectifs sont clairs. Il faut réduire de 40 % la consommation de pétrole d’ici à 2030 et éliminer complètement l’utilisation du charbon. Dans le plan élaboré, 42 mesures dans différents domaines ont été fixées pour arriver à atteindre ces objectifs. Parmi elles : l’hydro-électricité. Selon la FCCQ (Fédération des Chambres de Commerce du Québec), l’énergie solaire est un véritable atout pour parvenir à réduire la consommation de pétrole. C’est pourquoi la FCCQ a sollicité son partenaire, Hydro Québec pour plusieurs projets comme par exemple la création d’un parc solaire. C’est-à-dire un parc fonctionnant  uniquement à l’aide de panneaux solaires.  Le recours au secteur éolien et au gaz naturel sont aussi des solutions sérieusement envisagées. Effectivement, un test va être mené d’ici 2020 pour réaliser la conversion de certains systèmes de chauffage qui consomment énormément.

Les transports, cause majeure de gaz à effet de serre

Le réseau de transports serait acteur de 46 % d’émission de gaz à effet de serre. Des carburants moins polluants vont donc être mis en place, particulièrement pour les camions. Le gouvernement s’engage à faire des tests au plus vite afin de déterminer quels sont les carburants les moins polluants mais prévoit aussi d’installer beaucoup plus de bornes de recharge. En attendant, si ces projets sont menés à terme, la consommation de pétrole subira une nette diminution. Effectivement, l’objectif est aussi d’arriver à 100 000 véhicules électriques sur les routes d’ici à 2020.

«Nous croyons que la transition énergétique doit se faire en développant le portefeuille énergétique pluriel du Québec et c’est ce que l’on retrouve dans ce plan.»

Stéphane Forget, Président directeur général de la FCCQ sur ici radio canada.

Allez voir notre article sur la forêt boréale !