Par Jean-Paul Rey

 

L’émotion était palpable en ce dimanche d’avril au Mémorial national du Canada à Vimy, où des centaines de bottes noires étaient disposées pour l’occasion afin de représenter les combattants y ayant perdu la vie. « Près de 3 600 soldats sont tombés ici, lors de ces trois jours de combat démarrés voici tout juste cent ans, marquant le début de la bataille britannique d’Arras et c’est par leur sacrifice que le Canada est devenu un signataire indépendant du traité de Versailles« , a rappelé Justin Trudeau.

Au printemps 1917, les forces alliées, engluées dans une féroce guerre de tranchées, décident de conduire une offensive d’envergure. À partir du 9 avril, les Britanniques lancent des attaques pour faire diversion autour d’Arras, puis les Français attaquent les lignes allemandes au sud du front, sur le célèbre « Chemin des Dames ». En seulement 72 heures de combats intensifs, 80 000 soldats canadiens, sous leurs propres couleurs, s’emparent de la crête de Vimy, une position stratégique contrôlant l’ensemble du bassin minier. Les pertes sont lourdes, avec plus de 3 600 morts et 7 100 blessés dans leurs rangs. Cette bataille aura toutefois permis d’anéantir l’artillerie allemande et de limiter ainsi considérablement les terribles dégâts qu’elle aurait continué à commettre.

François Hollande a salué la participation de Justin Trudeau à la commémoration en ces termes : « Aujourd’hui encore, la France et le Canada se retrouvent pour faire avancer la cause de l’humanité. C’est ce que nous faisons quand nos pays s’engagent à  répondre aux appels des réfugiés du Moyen-Orient qui cherchent une terre d’asile, loin de l’oppression« . La cérémonie s’est conclue par diverses représentations théâtrales et prestations musicales dont celle d’Isabelle Boulay qui a chanté son « Hymne à la beauté du monde« , de Luc Plamondon et de Coeur de Pirate qui a interprété son morceau « Crier tout bas« .